Langue:

IPTE: Résultats annuels et résultats du quatrième trimestre 2008

IPTE NV/SA (Euronext Bruxelles : IPTE) clôture l’exercice sur un chiffre d’affaires de 232 millions d’euros pour le Groupe, soit un recul de 9 % par rapport à 2007 (255 millions d’euros). Le résultat net de l’exercice atteint 441.00 euros, contre 10,9 millions d’euros en 2007.

Le quatrième trimestre se caractérise par une perte avant impôts de 1.784.000 euros, pour un bénéfice avant impôts de 2.591.000 euros un an auparavant. Le chiffre d’affaires de ce trimestre s’élève à 58,2 millions d’euros, alors qu’il était de 68,5 millions d’euros au 4e trimestre de 2007.

IPTE n’échappe pas aux effets de la crise économique mondiale. En recul de 4 % à peine au premier semestre de 2008, le chiffre d’affaires de l’intégralité du Groupe chutait de plus de 15 % au cours des six mois suivants.

L’activité Contract Manufacturing clôture l’exercice sur un fléchissement de plus de 15 % (de 195,3 à 165,9 millions d’euros). Le chiffre d’affaires d’Automation a, lui, augmenté de 11,2 %, à 67 millions d’euros, sur l’exercice (60,2 millions d’euros en 2007), grâce à la reprise de Platzgummer GmbH, le 1er janvier 2008. L’activité seule clôture sur un résultat en baisse de 9 % (de 60,2 millions à 55 millions d’euros).
Le carnet de commandes totalisait 78 millions d’euros à la fin 2008 (83 millions fin 2007).

Le chiffre d’affaires de la division Automation est passé de 17 millions d’euros au 4e trimestre 2007 à 20 millions d’euros au 4e trimestre de l’année suivante. Au terme de ce même trimestre, le carnet de commandes s’élevait à 24,5 millions d’euros (28 millions d’euros à la fin du 3e trimestre 2008). Le chiffre d’affaires de la division Contract Manufacturing est passé de 51,4 millions d’euros au 4e trimestre 2007 à 38,2 millions pour la même période en 2008, cependant que le carnet de commandes clôturait à 53,5 millions d’euros (contre 60,8 millions d’euros à la fin du trimestre précédent).

Le Groupe achève le 4e trimestre 2008 sur une perte de 1.806.000 euros, résultat :
- des restructurations pratiquées au sein des deux divisions (impact de quelque 400.000 euros pour la division Contract Manufacturing – fermeture de l’usine slovaque et démantèlement de l’effectif du personnel – et de 400.000 euros pour Automation – démantèlement de l’effectif du personnel) ;
- des pertes de cours réalisées et non réalisées, à concurrence de 1,3 million d’euros, sur le dollar américain, le leu roumain et la couronne tchèque ;
- de la sous-couverture des frais fixes de l’activité Contract Manufacturing suite au recul de 25 % du chiffre d’affaires par rapport au quatrième trimestre 2007 ;
- de l’augmentation des dépenses due à l’expansion de la branche Automation en Estonie, en Espagne et au Mexique. Ces sites, entrés en activité en 2008 pour permettre au Groupe de répondre à la demande de la clientèle, ne sont pas encore rentables du fait du brusque revirement de la conjoncture économique en cours d’exercice.

Le Groupe clôture l’exercice sur un bénéfice de 441.000 euros (contre 10.883.000 euros en 2007, année record). Les prévisions, en début d’année, étaient pourtant excellentes. Mais l’éclatement de la crise financière, suivi de l’installation de la crise économique, a eu un impact sans conteste supérieur à la moyenne sur le secteur électronique, dans lequel IPTE est actif. La baisse du chiffre d’affaires a incité la direction à procéder dès 2008 à des restructurations dans tous les segments de l’organisation, de manière à se préparer à aborder 2009, qui s’annonce tout aussi difficile. Plus de 250 collaborateurs permanents (sur un total de 2.400 à la fin 2007) et 150 temporaires ont été remerciés. Les investissements sont désormais réduits au minimum, tout en restant suffisants pour satisfaire à la demande de la clientèle. L’imprévisible évolution du marché contraint l’entreprise à veiller à assurer sa santé financière sur le long terme. En fin d’exercice, IPTE satisfaisait à tous ses engagements vis-à-vis des banques et disposait de facilités de crédit suffisantes pour pouvoir continuer à travailler normalement en 2009.

Download PDF

Back